Wild-wonders.com  |  Contact  |  Links

RSS feed icon atom feed icon    Join Wild Wonders on YoutubeView Wild Wonders on FlickrJoin Wild Wonders on TwitterJoin Wild Wonders on FacebookJoin Wild Wonders on LinkedInView Wild Wonders on Slideshare  

Shop Cart  |  Tell a Friend!

Wild Wonders of Europe - the blog Wild Wonders of Europe Wild Wonders of Europe - the Blog

Maurizio Biancarelli - Parc national de Plitvice, Croatie II

October 24th, 2008 Posted in Eastern Europe, Uncategorized

Other Languages:

MBI_II_01

maurizio_portraitLes barrières naturelles à l’origine des lacs de Plitvice sont faites de travertin, une roche calcaire poreuse constituée par la sédimentation du carbonate de calcium de l’eau dans des conditions écologiques spécifiques. C’est un processus biodynamique continu se produisant constamment : Plitvice est un univers en changement  permanent et c’est ce qui rend cette région si fascinante. Au fil du temps les rivières dévient de leur cours et laissent derrières elles ces dépôts sédimentaires tandis que d’autres se forment.
Les phénomènes naturels sont habituellement très lents, mais ce n’est pas le cas à Plitvice, où la transformation du tuf calcaire et de la même manière la modification des chutes d’eau est bien évidente après juste quelques décennies voire moins.

MBI_II_02

Dans ce monde dominé par les eaux, les arbres entourant la vallée où les lacs montrent une incroyable couleur cobalt, sont également impressionnants. Je parle bien sûr des 80 hectares de forêt vierge de Corkova Uvala, mais aussi du reste de la forêt mixte où de vieux arbres géants côtoient de jeunes pousses. Et sur le sol de la forêt les troncs abattus se délabrent lentement préparant la terre pour les jeunes plants. La biodiversité ici est riche avec 1.267 espèces différentes de plantes dont 75 sont endémiques à ce secteur.
Les montagnes autour de Plitvice ne sont pas très hautes et sont la plupart du temps couvertes par une forêt épaisse de hêtres, de sapins blancs et d’épicéas ; il n’est pas étonnant que dans un tel endroit loups, ours et toute une multitude de petits mammifères et d’oiseaux errent encore librement.

MBI_II_03

Tout en me déplaçant dans ce secteur, je parlais avec Ante, mon guide, au sujet de la qualité de l’eau (très bonne), de la gestion des parties boisées, des ours, des lynx et de beaucoup d’autres choses. Il travaille pour le parc national depuis la fin des années quatre-vingt, son expérience est fantastique et c’est un vrai plaisir que de l’entendre me donner des informations.
Près de Ljeskovac, un minuscule village au cœur du parc national, il a pu voir deux ou trois lynx pendant l’hiver il y a un certain nombre d’années et avec un de ses collègues ils sont parvenus à suivre leurs traces dans la neige sur une bonne distance.

MBI_II_04

Le 7 octobre j’ai passé la journée entière, de l’aube au coucher du soleil, près de Ljeskovac, à faire quelques images de paysages en début de matinée tandis qu’une douce brise jouait avec le brouillard qui se levait au-dessus de la surface de l’eau,  et plusieurs plans rapprochés sur les rives du lac. L’après-midi je suis allé aux sources du Crna Rjieka (la rivière noire) un endroit magique où l’eau claire jaillit hors de la terre ; c’est un endroit sombre et humide avec beaucoup de rochers couverts de mousse émergeants des eaux turbulentes de la rivière. Les mousses foncées qui poussent au fond donnent son nom à la rivière.

MBI_II_05

Les jours suivants le temps fut constamment clair et doux, avec des températures proches des 20°C et l’apparition de brumes de chaleur. Pas vraiment les meilleures conditions pour faire les meilleures photos de paysages, alors, je me suis concentré sur les chutes d’eau et la macrophotographie.
L’expérience d’Ante s’est révélée inestimable, puisque nous avons pu rejoindre des endroits éloignés des chemins battus, avec de grandes possibilités photographiques quant aux « barrières » de travertin couvertes de mousses.
L’eau sous toutes ses formes, des formations rocheuses, des abstractions, des détails, c’était tout cela ma mission, et c’est ce que j’avais à l’esprit chaque fois que nous arrivions sur un nouveau « spot », à escalader des pentes raides ou à marcher prudemment sur les concrétions de tuf calcaire presque totalement cachées sous un épais tapis de feuilles, cachant des piscines naturelles dangereuses et profondes, où Ante est déjà tombé par le passé, de l’eau jusqu’au  ventre !
Notre fatigue a été toujours été contrebalancée par des visions étonnantes : j’ai en particulier aimé les cascades sur la barrière de Labudovac, un endroit de contes de fées avec des formations massives de mousses s’accrochant sur les roches raides, recouvrant les troncs d’arbre et me rappelant des scènes du « Seigneur des anneaux ».

Le 14 octobre la forêt arbore toujours ces merveilleuses couleurs d’automne, mais bon nombre d’arbres ont déjà perdu leur feuillage ; encore quelques jours et il sera temps pour moi de rentrer à la maison, avec le souvenir d’une autre belle expérience passée près de la beauté singulière de Plitvice.


Please note that blogs reflect our photographers' opinions and not necessarily those of the directors of Wild Wonders of Europe.

Tags: , , , , , , ,

Post a Comment